C’est le taux d’ouverture moyen d’un e-mailing BtoB (cible professionnelle) !

Ce chiffre est à relativiser. En effet, il est issu de la moyenne de 4 grandes études sorties entre 2018 et 2019, par  Mailchimp, IBM, Campaign Monitor et GetResponse.

Il peut varier selon les secteurs et surtout selon le type d’e-mailing : newsletter, e-mail de marketing automation ou encore un e-mail de prospection.

Mais à quoi sert le taux d’ouverture ?

S’il est “élevé” (entre 15 à 26,5% selon Mailchimp) : les objets de vos messages inspirent confiance et génèrent de l’intérêt chez nos destinataires. Il est également synonyme de qualité pour votre fichier de contacts. En effet, une base non entretenue génère forcément de mauvais résultats (envoi impossible, désinscription, adresse inexistante, etc. *).

Comment optimiser ce taux ?

Face aux réseaux sociaux et malgré la recrudescence des spammeurs, l’e-mail reste un canal de communication indispensable aux entreprises.

Voici quelques astuces pour augmenter votre taux d’ouverture :

  • Testez différents jours et créneaux horaires. Cela peut varier selon vos destinataires : le mardi, vers 10h ou 14h serait statistiquement une bonne période ;
  • Un lecteur base son choix d’ouverture sur trois critères essentiels : l’expéditeur, l’objet et l’introduction (pré-header) ;
  • Entretenez votre liste de contacts : nous préconisons des e-mails obtenus par vos soins, avec l’accord des destinataires (coucou le RGPD) et mis à jour régulièrement.

Voici donc un extrait des bonnes pratiques pour réussir sa newsletter ou son e-mail marketing.

Ce canal s’inscrit dans le temps (retour à moyen terme) et surtout, dans une stratégie de communication digitale, pour répondre à des objectifs et une ou plusieurs cibles.

Et vous, quel est le taux d’ouverture de vos campagnes ?


* On parlera dans un prochain article du taux de rebond.